Apprendre à gérer son flash cobra et à diffuser sa lumière

Ahhhhhhhhh que c’est délicieux de retrouver mon bon clavier après deux mois bien mouvementé ! La saison estivale se fini et chacun va retourner à ses occupations. Vous avez peut être profité de vos vacances pour explorer le mode manuel de votre nouveau reflex, ou encore vous êtes vous tourner vers plus de créativité grâce aux pauses longues, à la découverte des filtres, du dernier flash sorti ect…

IMG_1803

Car j’en suis sur, vous n’avez surement pas raté l’occasion de perfectionner votre technique et de déclencher à l’infini !

De mon coté, j’ai photographiquement fais un bon de plusieurs années lumières. Depuis longtemps je suis attiré par le portrait et à présent je me laisse découvrir encore plus la photo de mode. Un monde bien à part qui m’a vite amené à m’intéressé de plus prêt au strobisme. Je vous avoue que ça me titiller depuis pas mal de temps, de plus ma résolution photo de cette année était d’apprendre à vivre avec un flash cobra.

C’est chose faite !

Et aujourd’hui on va bien parler Flash => Strobisme => Diffusion de lumière

Vous le savez tout l’intérêt de mon blog c’est de vous enseigner ce que moi-même je sais et j’apprends, en m’appuyant sur mes réussites et surtout mes échecs.

Et si aujourd’hui mon article sera si sincère c’est parce que le fait d’avoir pu décrocher mon flash de mon boitier grâce à un déclenchement à distance à réellement était tel une révélation pour moi et mes clichés se sont notablement transformés. Et je vous souhaite à tous cette même révélation !

Décrocher son flash de son boitier

C’est le principe même du strobisme, décrocher son flash externe de son boitier. C’est-à-dire travailler en déporté. Si vous êtes totalement novice ne vous inquiétez pas, mes explications conviennent à tout public 😉

Mais comment qu’on fait ?

Avant tout je vous conseil d’acheter un flash cobra (cf mon article sur le Yongnuo 560II). Là, pas besoin du TTL, ce qui je vous l’accorde est une dépense de moins et ce n’est pas de refus.

Au début je le concède, on est perdu après cet achat, mais en ce documentant bien et en lisant attentivement cet article vous devriez avoir les clés pour bien débuter dans le monde strobisme.

Bref, une fois cet achat fait, il y a deux ou trois petites choses qu’il vous faudra encore dans votre besace mais pas besoin de tout acheter d’un bloc vous pourriez étaler ça sur 3 mois par exemple J

Par exemple, en même temps que votre flash je ne peux que vous conseiller d’acheter une paire de déclencheur à distance, si vous êtes richissime, ne vous embêtez pas et acheter des Pocket Wizard, là vous serez sûr de ne rater aucun déclenchement mais si vous ne faite que tester et ne roulez pas éperdument sur l’or je vous conseil les petits mais plutôt fiables Cactus v4, ou encore leur dernière version : les Cactus V5.

Personnellement je fais parti de ces bougres qui ne possèdent pas la dernière version (on ne ris pas woh !) mais je m’en satisfais très bien, je réaliserais surement bientôt un petit test de ces déclencheurs si ça vous dis alors n’hésitez pas dans les coms 😉 Pour commencer (le premier mois ^^) ça me parait tout à fait convenable, c’est histoire de 150 euros si ce n’est moins et cel vous permettra de commencer en bon terme avec le strobisme : Un flash, et de quoi le déclencher !

Et c’est là que vous aurez besoin de quelques tuyaux niveau réglages pour ne pas vous planter.

La chose que je qualifierai de la plus importante c’est de connaitre la vitesse de synchronisation entre votre flash et votre boitier, c’est quelque chose d’infiniment important car si cette vitesse est dépasser, vous aurez une moitier d’image noir et ça frustre, je peux vous le dire 😉 pour la plupart des boitiers, cette vitesse à ne pas dépasser est 1/200sec. Retenez là bien, pour vérifier cette valeur et l’exactitude de mes propos de vous propose de prendre votre APN avec vous maintenant tout de suite et de faire ce que je vais vous dire !

1 : on prend en main son APN

2 : on se met sur le mode priorité vitesse

3 : on entre la valeur de 1/500sec par exemple ou plus rapide

4 : On ouvre son flash interne

5 : et on regarde à nouveau la vitesse que nous avions entré précédemment et oh, elle à changé.

Normal, c’est votre vitesse de synchro qui s’affiche maintenant à la place de 1/500sec, vous aurez surement 1/200sec 😉

Ensuite lorsqu’on décroche son flash il y a quelques petites chose à savoir et notamment ceci :

Le diaphragme gère la lumière sur votre sujet et le temps d’expo l’arrière plan. Mais si vous pratiquez la photo depuis un petit moment et que les notions d’expositions vous sont familière vous ne manquerez pas de remarquer que en plein soleil avec un temps d’expo de 1/200sec max l’environnement dans lequel est plongé votre modèle ne sera plus qu’un amat de pixel surexposés à moins de fermé le diaph. 😉 Mais voilà il y a l’astuce !

Oui, c’est la qu’intervient le filtre polarisant. Si vous ne savez pas ce que c’est du tout, ne vous attendez pas à ce que cet article résume toutes ces utilisations possible mais un peu de patience et je publierai surement bientôt cet article sur le filtre polarisant. Mais dans l’imédiat l principal caractéristique de ce filtre et qui nous intéresse c’est dans un premier temps que grâce à lui vous perdrez environs 2 diaph de lumière et dans un second temps il permettra de saturer les couleurs, mais ça Photoshop sait très bien le faire. Lors parlons avec un peu de chiffre :

Si votre valeur de base est de 1/200sec  avec f/8, ce qui correspond à une journée plutôt ensoleillé avant 12h. Grâce au filtre polarisant vous pourrez retrouver une profondeur de champs réduite puisque en perdant 2 diaphragmes vous tomberez à une valeur du style : 1/200sec f/4.

Alors si vous pouvez, eut être dans un second temps, achetez un filtre polarisant, enfin je vous le conseil 😉 Et pourquoi pas accompagné cette achat d’un réflecteur car cela vous permettra de découvrir en plus les multiples jeux de lumière pour en venir à

La diffusion de la lumière

C’est surtout sur ce point que je compte insister aujourd’hui car dieu c’est que c’est important, en effet, la lumière produire par votre flash est qualifié de dure car pour faire, la source lumineuse est toute petite et très concentré ce qui provoque aussi des ombre dure et donc de fort contrastes pas toujours flatteurs. Pour certaines mises en scènes ce contraste peut être recherché mais si ce n’est pas voulu ça se voit de suite et les ombres marqué peuvent souligné des traits disgracieux du modèles. Autrement dis, pas vraiment le choix : DIFUSER VOTRE LUMIERE, pas la peine de vous lancer dans des achats inconsidérés, pas besoin d’une softbox à 250 euros, non un parapluie de studio fera parfaitement pour commencer… et même pour continuer 😉 Aussi, le parapluie à un avantage net par rapport aux boites à lumière ou aux boles beautés : La compacité !

1094498_150463088493012_386062340_o

 

Et c’est aussi pour ça que je l’ai choisis, je ne suis pas véhiculé et dans les transports en communs je me vois difficilement avec une box, mon lowepro, mon trépied, mon trépied studio, bref, c’est direct plus compact avec un parapluie, je sais ça parait ridicule comme argument mais détrompé vous c’est beaucoup plus pratique 😉

En revanche je me dois de vous avertir du plus GROS problème du parapluie… il prend au vent, on y pense pas mais je crois que j’i du ramasser mon trépied studio sur lequel sont montés le flash et le parapluie u moins 10 fois lors de ma dernière séance… un peu de ridicule ça va que ça ne tue pas ^^

Aussi il faudra savoir que avec votre parapluie, plusieurs facteurs entrerons en compte pour les réglages de la puissance, car sans toucher le flash vous pourrez déjà rapprocher ou éloigner le trepied portant le flash ce qui diminuera ou augmentera l’impacte sur votre modèle. De plus, en inclinant le parapluie plus ou moins de coté vous pourrez également jouer sur la puissance du flash que recevra le modèle, ça fait déjà matière à travailler, le tout avec une lumière douce et donc des ombres aussi douces, pour plus de flatterie, croyez moi, votre modèle vous remerciera 😉

Je parlerai d’autre sources d’éclairage dans différents article à venir, alors revenez de temps en temps 😉

Merci à tous et n’hésitez pas à commenter ç me fis toujours plaisir J

Publicités

2 réflexions sur “Apprendre à gérer son flash cobra et à diffuser sa lumière

  1. Hey, tu fais du bon boulot dans tes articles !
    C’est sympa de parler photographie du point de vue de ton expérience 🙂
    Continue à bien bosser comme ça, c’est prometteur!
    bis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s