[Macro/Proxy] Matériel 2ème partie

Salut tout le monde !

On se retrouve aujourd’hui, toujours pour parler du matériel lors de prises de vues macro. Dans le dernier article nous avions aborder le cas des reflex et des objectifs, je vous avez expliquer l’incidence des deux tailles de capteurs les plus courantes : le Full Frame et l’APS-C. Si les notions que je viens de citer vous paraissent abstraites, je vous conseille vivement de lire mon précédent article.

Maintenant que j’ai évoquer avec vous la partie la plus simple du matériel, je vais m’attaquer à… à ce qui reste ^^

Comme je vous l’ai dis dans le précédent article, l’achat d’un objectif macro peu être assez onéreux, je vais donc vous proposer quelques alternatives à cette achat.

Goutte à goutte 2

Macrophoto sans objectif macro.

 Une bonnette

Je vous le dis tout de suite, je ne suis pas équiper d’objectif macro, même si j’y réfléchi je n’ai pas encore franchis le pas. Et je suis de ceux qui p

ensent que l’on peut faire de tout avec rien. Je ferai d’ailleurs très prochainement un article pour vous présenter les accessoires de la vie courante que j’utilise pour mes prises de vues.

Mais je vous laisse la surprise 😉

Bonnette Hoya

Alors, le premier accessoire qui vous permettra « d’échapper » à la coûteuse solution de l’objo macro, c’est la bonnette. Une bonnette s’apparente à un simple filtre UV se vissant sur l’objectif. Le principe est très simple : cette fameuse bonnette fera office de loupe pour votre objectif. On défini leur « zoom » grâce à des Dioptries, les bonnettes les plus courantes sont en général entre 1 et 4D. Je pense que vous l’aurez compris : plus la dioptrie est élevé, plus son pouvoir zoomant sera prononcé. C’est une solution plutôt pratique et peu cher que vous pourrez utiliser pour faire de la macro à moindre coût. De plus, une bonnette n’est pas un accessoire enc

ombrant et ne vous fera pas perdre de lumière contrairement à d’autres solutions que je vous proposerais. L’unique inconvénient réside donc dans la faible qualité que vous pourrez obtenir avec une bonnette. Même si vous vous tournez avec du haut de gamme vous n’égalerez jamais la qualité que peut dégager un véritable objectif dédié à la macro. Mais il est vrai que n’était pas un accessoire encombrant vous pourrez toujours l’avoir glisser dans votre sac photos au cas où. Je vous conseil de l’utiliser avec un 50mm car l’ouverture de l’objectif plus le pouvoir zoomant de la bonnette pourront vous donner tout de même des résultats convenables et même plus. J

Une bague allonge

bague-allonge

Comme vous l’avez lu dans le titre, le second accessoire qui pourra vous permettre de réaliser des prises de vues macros avec un fort grossissement c’est la bague allonge. Le système est simple, il s’agit d’une sorte d’objectif creux, donc sans lentilles à l’intérieur, qui se fixe entre le boîtier et le véritable objectif. Cette accessoire a pour but de réduire la distance entre votre sujet et la lentille frontale de l’objectif, puisque je vou

s le rappelle la distance minimal de MAP c’est la distance entre le sujet et le capteur (et non entre la lentille et le sujet). Avec ce procédé vous rapprochez donc votre sujet de la lentille principale, provoquant un « effet zoomant » si je puis dire.

Vous trouverez bien sur des bagues pour tous les budget même si certaines sont un peu onéreuse je vous conseil les bagues Kenko qui ont vraiment une bonne réputation.

J’espère avoir était assez clair même si j’ai tout de même un doute… ^^ les photos seront certainement plus parlantes pour vous.

Une bague d’inversion

Je serais assez évasif sur cette dernière solution, tout d’abord car je ne sais pas vraiment ce qu’elle vaut et ensuite parce qu’elle est plutôt complexe. Pour faire simple, il s’agit d’une bague qui vous permet de monter votre objectif à l’envers sur votre boîtier. Je sais, c’est étrange et c’est pour ça que je ne suis pas décider à vous décrire tout le procédé interne qui engendre le rapprochement du sujet une fois sur votre capteur, mais je peux vous dire que cette technique est très difficile à réaliser et vous oblige à faire la mise au point manuellement, mais c’est surtout la difficulté de faire cette mise au point qui arrête beaucoup de photographes. Je suis désolé de ne pas pouvoir vous en dire plus mais soyez assurer que si je me rends compte que beaucoup sont intéressés par cette technique je lui dédirais un article entier.

Et le trépied ?

Voila bien une question complexe que celle du trépied… Je me la suis posé et continue toujours à me la poser… dans le cas présent vous ne trouverez pas de règle toute faites, c’est sur le terrain en testant que

vous pourrez vous faire votre avis quand à la nécessité du trépied, pour des PDV macro.

Pour ma part lorsque je suis sur le terrain, c’est-à-dire au milieu des insectes et entouré d’herbe, je n’utilise presque jamais mon trépied ! Il me dérange lorsque je veux bouger, son positionnement faire fuir les insectes, bref, je ne suis absolument pas convaincu par le trépied sur le terrain et face aux insectes ! En revanche pour mes prises de vues de natures mortes (plats de cuisine) ou simples objets, le trépied et mon ami. Il est même INDISPENSABLE si vous voulez photographier des gouttes, j’ai essayer (comme tout le monde je pense) la pile de livres et les cales avec du papier lorsque je ne possédais pas encore de trépied, et bien je ne suis pas mécontent d’en avoir fini avec cette galère 😉 pour ceux qui ne l’auraient pas vu, il y a quelques mois j’avais publié le test d’un trépied de Manfrotto qui conviens à tous les budgets. Et même si il n’est pas spécialement adapté à la macro vous pourrez toujours vous en servir.

Je vais d’ailleurs vous livrez une petite astuce si votre trépied n’a pas la souplesse des trépieds un peu plus onéreux :

-Fixez votre appareil à votre tête, elle-même déjà fixé à votre colonne.

-Puis retirez le bout de caoutchouc présent à la base de votre colonne.

-Retirez la colonne, soulevez votre trépied et refixez la colonne à l’envers.

Vous pouvez voir que votre APN est à présent à ras du sol, ce qui vous permettra de réaliser des plans tout proche de Robert le papillon posé sur l’herbe 😉

P1050161

Voilà vous savez à présent les choses essentielles quant au matériel de macroteux, et… il y a plus qu’à j’ai envie de dire 😉

A bientôt et bonne photos !

A lire aussi: Le matériel en Macro part I

Publicités

5 réflexions sur “[Macro/Proxy] Matériel 2ème partie

  1. Pingback: [Macro/proxy] Le matériel 1ère part | D'un seul regard

  2. Il est vraiment dommage de ne pas entrer plus en détail dans l’utilisation de la bague d’inversion, c’est un élément extra pour faire de la macro à moindre coup. Une bague d’inversion + un objo de 50mm permette d’avoir un rapport de reproduction de 1:1, par contre plus on va vers le grand angle, plus le rapport de reproduction augmente. En ce moment j’utilise un 28mm inversé et je trouve ça génial même si c’est un peu plus compliqué à mettre en oeuvre (complètement manuel et utilisation du flash obligatoire)

  3. Personnellement j’ai un objectif avec un rapport 1/1, mais j’ai beaucoup de mal à faire de la macro, je n’ai toujours pas compris comment on peut faire une photo des yeux de mouche par exemple. J’y arrive, ou alors j’ai ma netteté à côté. Bref il faut continuer d’essayer !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s