[Test] Canon 50mm f/1.8 II


Salut à toutes et à tous, je vous l’avais annoncé il y a quelques temps, Et ça y est, il est là, je parle évidement du test du Canon 50mm 1.8 II.

Avant tout il faut savoir que pour cette lentille, les prix oscillent entre 90 et 120 euros en France et en Suisse il me semble. Autant dire que c’est donné. Oui, car on a vite fait de mettre 400 euros pour une optique de moyenne gamme, en effet là nous sommes clairement sur de l’entrée de gamme et c’est vrai que ça se voit. Attention rien de catastrophique, je pense par exemple au plastique, qui est le matériel dominant (mais c’est vrai que de toute façon on ne s’attendait pas à du métal quand on sait que même certains objectifs de la série L de canon sont encore plastiques).  Mais c’est vrai que ce n’est pas forcement un problème, non, ce qui m’a vraiment gêné, c’est la bague de mise au point qui m’a, avec horreur, rappelé celle de l’optique du kit. Et oui, entrée de gamme et ça se voit je vous l’avais dit. En revanche un point qui peut être positif (comme négatif) c’est son poids, 115 grammes seulement, autant dire qu’on le sens à peine autour du cou et pour le coup, merci le plastique 😉 Je trouve ça très agréable. Sa taille est également très réduite, et là c’est vrai que dans certaines situations c’est un peu gênant, je pense par exemple aux utilisateurs de grips, et bien les optiques de petites tailles sont vraiment moins faciles à manier…  Je recommande donc d’éviter le grip avec le 50mm 1.8.

L’objectif est livré avec le manuel d’utilisation, un sachet de sel (je sais cette info est inutile ;))et… et c’est tout, alors c’est vrai je m’y attendais, mais j’ai trouvé relativement abusé qu’ils n’aient même pas mis l’optique dans du papier bulles… c’est dans une simple petite poche de plastique toute fine (qui bien sur ne protège rien ) que m’a était livré le 50mm.

Une fois cette mauvaise surprise passée, voilà les premiers contacts avec l’objectif, comme je vous l’ai dis, tout est plastique et la bague de MAP affreusement placée mais… mais jusque là rien d’autre (en même temps c’est déjà pas mal).
Bon je critique, je critique, mais qu’en est il à l’utilisation?

Une fois sur le terrain, le bouton poussoir gérant l’autofocus ou le focus manuel se révèle un peu haut en format paysage mais tombe Nikel en portrait, on pourrait donc débattre pendant des heures quand à savoir si cet objectif est plus utilisé en format portrait ou en format paysage, mais canon ne s’en est peut être pas vraiment soucié va savoir… de toute façon, un format allait forcement être moins bien desservie de l’autre… Si ça se trouve ça s’est tirer à la courte paille, non non! Je rigole bien sur, je vais me mettre Canon France à dos après 😉

Qualité d’image

Et bien malgré l’apparence extérieur peu soigné la qualité des images est époustouflante, en  effet quand on parle d’objectif et que l’on dit « entrée de gammes », on pense forcement aux performances  du 18-55mm du kit, mais pas du tout. Ici les détails sont soignés, les images propres et surtout le piqué répond présent dans la plupart des situations.

Ce qu’il faut savoir c’est que si les focales fixes sont reconnues comme ayant la meilleure qualité d’image possible c’est parce que leurs lentilles sont disposées directement sans mouvement interne lié au zoom. Théoriquement, les focales fixes rendent donc des images de meilleures qualités (pour faire simple, pas l peine de vous barder avec 20 milles explictions sur les groupe de lentilles). L’autre atout propre aux focales fixes c’est leur luminosité, et là c’est vrai que quand on débarque, c’est un vrai bonheur de pouvoir ouvrir à 1.8 si ça nous chante, en ce qui me concerne, je suis le plus souvent à 2.8 ou 4 mais c’est vraiment un bonheur que de ne pas se retrouver bloqué par une barrière style à f/5.6…

Je vous l’ai dis, la focale fixe, c’est un autre monde, et surtout les débutants le comprendront car, quand  depuis presque 1 ans on travail avec un zoom, lorsque on fixe fièrement le 50mm pour la première fois sur son boitier et que on va faire quelques essais, il y a toujours (forcement) ce reflex de vouloir tourné une bague de zoom (qui pourtant n’existe pas ;)). Et bien lorsque cela m’est arrivé il y a quelques mois, j’ai souris, c’était bête mais j’ai souris, car c’était pour moi le début d’une grande aventure comme j’en ai tant lus avec les focales fixes… Enfin bref, tout ceci pour que vous vous rendiez bien compte de l’atout des focales fixes (souvent boudées par les néophytes !).

Donc je vous l’ai dit, les focales fixes sont censées rendrent des images de meilleures qualité que les zooms, et bien entre le 18-55mm et le 50mm c’est flagrant (même si on s’en doutait un peu). Avec le 50mm, les clichés sont accrocheurs et rendent un très bon piqué. En revanche, à f/1.8, les aberrations chromatiques sont à mon gout trop visibles (sans être irrécupérables bien sur, avec un peu de travail sous LR ou PS, c’est largement rattrapable) et le vignettage est très prononcé. Mais en fermant à f/4 tous ces problèmes deviennent quasi inexistants.

Le bokeh, fidèle à ce qu’on en dis, est doux et crémeux comme vous pouvez le voir sur les photos ci dessus. On note un micro contraste bien présent qui, à l’utilisation, se révèle être de très bonne facture! Même en situation de luminosité très faible en montant en brin les ISOs, vous obtiendrez un résultat très propre, toujours avec un bokeh sympathique comme on le voit sur la photo ci dessous!

Maintenant, je voudrais vous parler de quelque chose de très important sur une optique, je parle bien sur de

L’autofocus

La première chose qui m’ait frappée lors de mes premières utilisations de ce 50mm, c’est le bruit émit par l’autofocus, en effet ce dernier, au delà d’être très bruyant, émet une sorte de claquement lorsqu’il percute la fin de la MAP, et c’est vrai que ça gratte un peu faut pas se le cacher.

C’est assez dérangeant au début mais s’y fait vite, par contre  j’ai mis plus de temps à m’accommoder à la lenteur de l’AF, car bien que précis, est lent de chez lent si vous ne réaliser pas la MAP avec les collimateurs AF manuels.  En revanche si ces derniers sont gérés  par vous-même manuellement, tout va bien, tout va mieux, l’AF se fait moins hésitant et surtout plus véloce et précis (sans être pour autant une bête de course). Et en soit, c’est une bonne chose car choisir manuellement le collimateur AF ne pourra que être bénéfique pour vos photos ! Enfin, la distance de mise au point est de 45cm, classique pour un 50mm mais c’est vrai que si elle se rapprocher d’une dizaine de centimètre, ça serait parfait 😉

Les accessoires

En effet comme vous l’avez vu dans la vidéo de déballage (malheureusement non, puisque je n’ai pas réussit à la mettre sur youtube pardonnez moi…) , j’ai commandé avec mon objectif un pare soleil Phottix. Bien que il empêche de réaliser une mise au point manuelle bien précise car les doigts sont vite prient aux piège entre la bague de MAP et le pare soleil (quand je vous disais qu’elle était mal placée !) Ce problème mis à part, il fait très bien son job  et je n’ai jusque là eu, quasiment aucun problème de flare. C’est donc un point très positif 😀 Et à l’utilisation, ma petite pochette c’est révélé bien utile pour trimbaler ici et la mon objectif .

Voila, je crois que c’est tout ce que j’avais à vous dire… j’espère que ce test vous aura plus, n’hésitez pas à commenter (j’ai besoin d’avis c’est mon premier test d’optique

Publicités

9 réflexions sur “[Test] Canon 50mm f/1.8 II

  1. bonne idée que ce retour d’experience avec cet objectif qui mériterait d’être proposé en kit avec les reflexs d’entrée de gamme. quelques photos supplémentaires ainsi qu’un avis sur son utilisation en situation serait parfait pour compléter le «test terrain» qui reste ici assez technique. juste une petite précision pour finir, l’abbreviation FF est en général utilisée pour «Full Frame» et non «Focale Fixe». le lecteur néophyte risque ciblé par l’article risque de s’y perdre. cordialement

  2. En effet, je n’est ps réaliser que l’abréviation pour les focales fixe pouvait être ambiguë… Merci je vais de ce pas rectifier tous ça. Merci beaucoup de ton commentaire dont je vais prendre compte pour la prochaine fois! je vais donc supprimer le « terrain » du titre puisque visiblement il n’est justement pas assez terrain 😀

  3. Pingback: Pour quoi un 50mm est-il indispensable?! | D'un seul regard

  4. Un test très intéressent, moi qui compte acheter cet optique pour découvrir les joies des grandes ouvertures 🙂

    Merci

  5. bon test ! premier article que je lis sur ce blog qui m’a l’air très intéressant…
    J’hésite aussi beaucoup a m’acheter cet optique, qui m’a l’air d’être un must vu le nombre d’article dans les blog de photo qui recommande de l’acheter…
    En fait le problème est que quand je sors avec mon appareil je ne sais jamais ce que je vais avoir a photographier et donc j’ai peur de me retrouver sans zoom (j’ai actuellement un 18-135mm monte sur mon appareil) au cas ou justement j’en aurai besoin… et je ne m’imagine pas changer d’optique en pleine rue pour une ou 2 photos…

    • C’est la première appréhension en ce qui concerne les focales fixes, c’est vrai que au début on est un peu perturbé (tu le sera plus encore vu que tu passe d’une plage de focale assez étendu pour une focale fixe) mais je peux t’assurer que avec cette seule optique tu peux vraiment réaliser tous type de photos (même des photos sportives comme tu l’a vu dans l’un de mes article ;)) et que tu t’y fera très rapidement, et que ta créativité et ta réaction face à des problème technique se verra vraiment améliorer, et pour le prix, c’est du tout bon! 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s