[Portrait] IV L’autoportrait

Salut à tous, tout d’abord après vous avoir confirmé, lors du dernier article, qu’il y aurait bien un test d’optique avant la fin du mois, je vais maintenant vous dévoiler de quelle optique il s’agira. Avant tout sachez que ce test entre dans la suite d’article concernant le portrait. Maintenant rappelez vous, je vous avez avoué quel objectif je préféré lors de prise de vue de portrait, je parle bien sur de 50mm, et puisque mon blog est surtout destiné aux débutant et que j’affectionne beaucoup cette lentille, je vous ferez le test terrain de 50mm 1.8 de chez canon. Je suis désolé pour les nikonnistes, surtout que j’ai bien du vous faire de faux espoir en affichant en gros une photo du nikkor 50mm 1.4… oui, je suis sadique un peu, beaucoup… passionnément.

Bien, à présent que vous avez découvert mon vice caché, nous allons pouvoir attaquer le vif du sujet, à savoir l’autoportrait.

Avant d’entré dans la partie « comment », entrons dans la partie « pourquoi ».

Personnellement, l’autoportrait est pour moi la solution de faciliter pour illustrer mes articles sans avoir besoin d’utiliser un model, et puis comme on dit : « on est jamais mieux servi que par soit même » et je suis bien d’accord !

Je pense que l’autoportrait est réellement un exercice intéressant même si vous n’écrivez pas d’articles (bah oui on est pas tous bloggeur xD). D’après moi, cela travaille fortement votre aptitude à imaginer une photo, en effet, lors du placement de votre appareil, vous n’avez personne devant vous, juste un décors et c’est à partir de ce simple décors que vous allez imaginer la posture que vous aller prendre, l’expression, pour qu’elles soient en accord avec ce fameux décors.

De plus, grâce à cette exercice, vous apprendrez à vous mettre à la place du model, ça parait n’être rien mais on comprends beaucoup de choses et mieux on comprends son model, plus on en est proche, plus les photos sont réussis, c’est donc tout gagnant pour vous.

L’autoportrait, c’est aussi un formidable moyen pour vous de tester de nouvelles techniques photographiques, en portrait cela va de soit 😉 Avec le portrait ci-dessus, j’avais pris mes marques quand au clair obscur et j’ai donc pu vous écrire un article en ce qui concerne cette technique, bien que, je le reconnaît, l’article ne soit pas très consistant.

Maintenant que nous avons un peu aborder la partie purement photo de l’autoportrait je voudrais aussi vous parler de l’influence de l’autoportrait sur vous-même, en effet, si plus haut dans l’article je vous ai dis qu’il était primordial de bien connaître son model pour en tirer le meilleur profil, et bien vous verrez que à force de le pratiquer, vous aurez tendance à préférer telle ou telle technique (normal jusque là) mais si vous cherchez bien, vous vous rendrez compte que le type de technique que vous utiliser à tendance à vous refléter de façon plus ou moins grossière, à titre d’exemple, en ce qui me concerne, j’aime les portraits un peu noirs, un peu sombres, et bien c’est ma façon d’exprimer les mauvaises choses qui me tracassent toute la journée mais que la photo me permet d’oublier. Voilà, tout ce petit paragraphe de philo pour vous dire que l’autoportrait vous apprendra beaucoup de chose sur vous, je pense donc que sur le plan humain, ce style de portrait se révèle d’une atroce philosophique.

C’est bien beau tout ça mais comment on fait un autoportrait ?

Comme vous l’avez compris, l’autoportrait consiste à se prendre soit même en photo. Et je ne suis pas en train de parler de photos de profils style celles que l’on trouve sur les grands réseaux sociaux, la bouche en cœur l’appareil dans une main et l’autre dans les cheveux. Non je parle d’AP sérieux, bien que tenir l’appareil dans une main puisse être une solutions (bien que très limitée).

La meilleur façon de gérer ce genre de situation, c’est d’avoir dans sa sacoche photo une télécommande, elle ne vous coûtera pas un bras et vous sera bien utile dans de nombreuses situations (j’en parle par exemple dans l’article sur le matériel photo paysagiste). En effet, posséder une télécommande sans fil vous facilitera réellement la vie, surtout et principalement pour la MAP, en effet, pas le moyen d’utiliser votre AF si vous ne pouvez pas appuyer à mi-course le déclencheur, et encore moins de prendre une photo. Pour se dernier problème, le retardateur est votre ami mais pour le  premier…

Aller admettons que vous préférer vous débrouiller sans télécommande, je vais vous présenter la technique, un peu à la manouche que personnellement, j’utilise.

Alors, tout d’abord, posez votre APN, sur un trépied, la base en autoportrait on l’a dit. Puis mettez votre oeil dans le viseur, un balai dans la main qui n’est pas posé sur le déclencheur  la gauche donc, et tentez d’atteindre avec le bout de votre balai l’endroit ou vous serez positionné pour la photo, faites le point, enclenchez le retardateur et c’est parti, 10 seconde pour vous mettre en place et attendre que le petite oiseau « se mette à sortir » 😉 Je vous l’accorde ce n’est pas ce qu’il y a de plus précis, mais je n’ai pas encore trouvé le temps d’aller m’acheter une télécommande 🙂 Un dernier conseil, étant donné que cette technique n’est pas ce qu’il y a de plus précis en matière de MAP, un f/8 ne sera pas de trop, oubliez le 1.8 que vous aviez en tête, ou alors soyez armé de beaucoup de patience et surtout, de chance!

Pour ceux que ça intéresserez  j’ai fais un petit article en image concernant le clair obscur (d’où ma photo d’illustration que j’ai réalisée en AP) c’est ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s