[Paysage] III Approfondir un peu

Salut à tous, après avoir abordé avec vous le matériel et les bases de la photographie de paysage dans les 2 précédents articles, je vais essayer d’approfondir ces bases qui, j’espère, sont acquises pour vous.

La netteté, voilà le secret de la photo de paysage. Une photo entièrement nette. Et pour y arriver, vous devez connaitre la chanson maintenant, non ?! On ferme le diaph, f/11 semble être l’ouverture parfaite, car alliant piqué et netteté et laissant la diffraction bien loin devant.  Il est également recommandé de shooter à 100 ISO, ou 200 (pour nos amis nikonnistes) afin de garder une image au maximum propre. Encore dans la recherche de netteté, le trépied est votre ami, cela vous assurera une stabilité parfaite, quel que soit le temps de pose. Car en paysage, on aime les temps d’expositions assez longs, ou en tout cas trop long pour prendre la photo à main levé.

Autre chose, dans mon précédent article je vous avais parlé des déclencheurs à distance, et bien vous pouvez également utiliser le retardateur deux secondes pour éviter de faire bouger le trépied lorsque vous déclencherait et donc directement votre APN  , il s’apparentera à un déclencheur à distance mais le confort d’utilisation sera moindre et dans certaines situation, (mode BULB par exemple) le retardateur n’aura aucune utilité.

Lorsque vous composez votre photo, peut être avez-vous déjà ce reflex, mais il conseillé d’utiliser le live view (écran de l’appareil) car il est souvent de très bonne qualité et vous offre la possibilité de voir votre photo déjà en plus grand que dans le viseur. Attention : en plein soleil, malgré tous les efforts des constructeurs, vous n’arriverez pas forcement à distinguer correctement le cliché, re-passez donc en visée reflex.

Vous vous souvenez, je vous ai dis qu’il était primordiale de trouver un premier plan pour vos prise de vue, mais alors, même en fermant le diaph, où faire la mise au point ? Et bien… je vais ici vous présenter une méthode que j’ai lu dans un livre il y a peu (mais oui bien sûr que je ferai un article sur ce livre !), la règle du premier tiers, elle consiste à évaluer plus ou moins la distance entre son premier plan et son arrière-plan, admettons 90mètre, et bien vous allez faire la MAP dans le premier tiers de la photo, soit, sur les 30 premiers mètres. En effet ça peut paraitre compliqué, surtout si vous avez l’habitude de fermé votre diaph le plus possible et faire la MAP sur l’infini… mais cette méthode a fait ses preuves et en l’appliquant vous aller découvrir une tout autre netteté sur vos clichés, je vous le garanti ! Et au fait, pourquoi on ferme pas le diaphragme au maximum ? Vous vous posez peut être cette question… et bien je vais tenter de vous éclaircir : techniquement, il parait logique de fermé au maximum pour avoir un max de netteté mais aux ouvertures les plus petites, apparaît alors un phénomène d’aberration optique appelé : diffraction. Cette diffraction est très mauvaise pour nos photos car, en opposition à la fermeture du diaphragme, elle entraine une perte de netteté plus ou moins conséquente selon les objectifs utilisés. Notons que les objectifs grands angles sont très souvent sujets à ce genre d’aberrations.

Je vais maintenant traiter de différentes pratique utilisés dans la photo de paysage… bref je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir 😉

1 : L’eau.

En photo paysagiste et pas seulement, l’eau est souvent représenter. On peut lui administrer plusieurs « caractères », elle peut être douces, cotonneuse ou encore plate comme un miroir, à vous de voir.

Le choix de la vitesse d’obturation en photographie d’eau (je sais, c’est pas très français qu’est-ce que je dis) car selon, vous pourrez soit figer l’eau dans son parcours (à 1/125s) soit faire apparaitre le mouvement grâce à une pose plus longue (1sec). La plupart du temps on choisit plutôt de traduire le mouvement mais on, peut aussi faire « l’entre deux », qui permet de traduire un mouvement mais qui montre aussi que l’eau a tout de même était figée dans son élan. Ce choix de temps de pose est une réelle donné dans la composition car vous pourrez donner à vos photos différents aspects très intéressants !

Ethéré les vagues : grand classique de la pose longue, le rendu produit fais toujours son effet, autant auprès du grand public (qui ne comprend pas pourquoi les vagues sont devenues cotons) que chez les photographes avertis. Personnellement, je suis fan de ces pose… alors, voyons comment il faut opérer pour réaliser ces poses.

Je ne pense pas que ces photos aient besoin d’être accompagné de texte, elle parlent d’elles même non?

     

     

2° La course des étoiles

Discipline ô combien difficile… Nous allons voir comment optimiser vos chances de ramener de beaux clichés lors de vos sorti de nuit (pour la course des étoiles).

Il est conseillé de repérer l’endroit à la mi-journée afin d’être assez éclairer pour imaginer votre photo futur.

Une fois votre photo bien en tête et la nuit tombée, revenez avec votre appareil et votre trépied (et une télécommande est également quasi obligatoire)

Choisissez une sensibilité élevée : 1200 ISO par exemple et une plutôt grande ouverture : f/4.5 pourquoi pas, calez la compo,  puis prenez la photo (puisque l’APN se charge du temps de pose si vous êtes en priorité au diaphragme).

Maintenant que la comp est OK, repassez à 100 ISO (200 pour les nikon), fermez un peu votre diaph (f/8) puis activez le mode BULB. Je vous laisse les essais de temps de pause qui varierons mais se compterons en minutes.

Je vous conseille aussi d’éviter toute source lumineuse extérieure (votre téléphone portable par exemple est à garder dans la poche le temps de la photo).

Une dernière petite chose, vous pourrais prendre plusieurs photos de plusieurs minutes et les assemblé en post traitement (astuce très pratique bien que connue)

Photo très gentillement préter par notre ami Darth

Photo de Darth, bloggeur très intéressant et photographe accompli, je vous parlerai de lui plus longuement d’ici peu (son blog est une tuerie : http://blog.darth.ch/)

3°Le HDR

Technique bien connue des photographes, elle permet d’augmenter le réalisme d’une photo quand on l’utilise avec parcimonie (au risque de provoquer l’effet totalement inverse). Cette technique consiste à prendre en photo une scène avec différentes expositions (-1 0 +1) puis, en PT de les assembler. J’aurais pu longuement vous lasser d’explication compliquer, mais je ne vais pas le faire, je vais vous rediriger vers un article très complet de deviner quel forum ? Pix populi 😉

http://www.pix-populi.fr/apprendre/dossiers-techniques/photo-hdr.html

Le panoramique

Encore un sujet qui nécessitera beaucoup d’explication, d’où cette re-redirection vers pix populi qui a encore écrit un super article dessus !

http://www.pix-populi.fr/apprendre/dossiers-techniques/photo-hdr.html

Ce sera tout pour ces premières technique, nous aborderons la prochaine fois encore 3 technique (dont deux plutôt artistiques) et la photo de paysage de nuit (pas les étoiles cette fois).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s